yeshoua ha mashiah revient

yeshoua ha mashiah revient

Les 10 raisons du shofar

Aujourd’hui, je suis très joyeux, car je vais vous parler de ce jour de fête, de Rosh HaShanah ; et des 10 raisons pour lesquelles on sonne du shofar. 

Lévitique 23/23-25 : « L’Eternel parla à Moïse et dit : le 7ème mois, vous aurez un jour de repos, publié au son du shofar, et une sainte convocation... »

Es 27/12 et 13 : «En ce temps-là, l’Eternel secouera des fruits, depuis le cours du fleuve jusqu’au torrent d’Egypte, et vous serez ramassés un à un, enfants d’Israël ! En ce jour, on sonnera de la grande trompette,  et alors reviendront ceux qui étaient exilés...  et ils adoreront l’Eternel, sur la montagne sainte, à Yerushalaïm. »

Prophétie qu’on commence à vivre aujourd’hui. Car ce que D.ieu a dit, Sa main l’accomplit : bientôt, Il préparera ce grand retour des Juifs de la diaspora, qui retourneront dans leur pays. 

Il y a déjà eu 6 coups de trompette prophétiques, dans le passé :

-         au Sinaï, quand D.ieu a donné la Thora

-         à Jéricho, quand Josué a sonné du shofar, et que les murs de Jéricho sont tombés

-         la bonne nouvelle annoncée dans le monde

-         Israël qui redevient un Etat, en 1948

-         la prise de Jérusalem en 67

-         et maintenant, le retour des Juifs de la diaspora.

Le 24 mai 48, jour où Israël est redevenu un Etat indépendant, Ben Gourion a sonné du shofar et il a dit que « celui qui ne croit pas au miracle n’est pas un réaliste ». Car Israël est vraiment un pays prophétique. Beaucoup ne le croient pas. Pourtant, il a été annoncé qu’ils seront ramenés, un par un, et qu’il n’en restera pas un seul. Et le dernier Juif qui va rentrer en Israël, c’est Yeshoua HaMashiah. Maintenant, Il est à la porte. Il vient.

Aujourd’hui, est commencée la restauration physique d’Israël. Puis il y aura la restauration spirituelle : D.ieu changera leur coeur pour les préparer à la venue du Mashiah : le coeur de pierre sera ôté, et D.ieu mettra un coeur de chair. Il écrira Sa Loi dans leur coeur, et il n’y aura plus besoin que l’un enseigne à l’autre, car tous le connaîtront. La Bible dit qu’à ce moment-là, tout Israël sera sauvé, car le Mashiah, le libérateur, sera venu en Israël, dans Sa terre, et à Yerushalaïm, Sa ville.

Pour revenir à Rosh HaShanah : quelles sont les 10 raisons pour  lesquelles on sonne du chofar ?

 

1 D’abord, Rosh HaShanah marque le début de la création de D.ieu. La tradition juive enseigne que D.ieu a créé l’univers à Rosh HaShanah. Il est Roi, et règne sur la création. et le shofar retentit en commémoration de cette création, et pour célébrer le Roi de l’univers. Ps 98/4-6 : « Toute la création, poussez vers l’Eternel des cris de joie, vous tous habitants de la terre. Chantez, chantez à l’Eternel... avec des trompettes, et au son du cor... » Toute la création jubile aujourd’hui car, selon la tradition juive, c’est vraiment cet anniversaire.

2 Rosh HaShanah est le 1er des 10 jours de repentance. C’est donc un jour empreint d’une crainte révérencielle pour D.ieu. Pourquoi 10 jours ? 10 jours terribles pour arriver à Yom Kippour, comme les 10 plaies d’Egypte, jours d’angoisse terrible pour parvenir à la libération d’Egypte, en vue d’entrer dans la Terre promise. De même, aujourd’hui, il y aura cette sortie des Juifs de la diaspora, et cette entrée en Israël. Les textes nous annoncent qu’il y aura une angoisse terrible ; des choses terrifiantes se passeront ; une persécution horrible. Et la ville de Jérusalem sera prise. Mais, ensuite, le Mashiah viendra pendant la fête du Grand Pardon. Il y aura un pardon pour tout Israël, et tout Israël sera sauvé. Le shofar prépare le peuple à se repentir de ses péchés, et il le prévient que le jour du jugement est proche. Ceux qui se repentent se réjouissent à cause de la miséricorde de D.ieu, et parce que leurs noms sont écrits dans le Livre de Vie. Joël 2/15 : « Sonnez du shofar en Sion, car de Sion sortira la loi et de Jérusalem la Parole de l’Eternel. Sonnez du shofar, publiez un jeûne et une convocation solennelle ». Les Fêtes de l’Eternel n’ont pas cessé, depuis la venue de Yeshoua. Et elles ne cesseront pas, car ce ne sont pas les fêtes juives, mais « les Fêtes de l’Eternel », que chaque être humain doit mettre en pratique. La Parole de D.ieu dit qu’elles dureront « à perpétuité ». Car on ne peut abolir tout ce que D.ieu a ordonné à perpétuité. Nous devons être vraiment greffés sur l’olivier franc, et retrouver nos racines.

3 Rosh HaShanah évoque le don de la Torah au peuple, sur le Mont Sinaï. Le Seigneur a choisi de Se révéler aux descendants d’Abraham en leur donnant la Torah au Sinaï. Ce privilège s’accompagnait d’une grande responsabilité. Le son du shofar à Rosh HaShanah nous rappelle que, lorsque Moïse a lu les paroles de la Torah, le peuple s’est engagé, non seulement à écouter D.ieu, mais aussi à Lui obéir. Souvent, nous entendons, mais nous n’obéissons pas. Nous entendons le son du shofar, mais sans le connaître, et sans lui obéir. Mais « heureux est le peuple qui le connaît. » Nous devons chercher la puissance de l’Esprit, et l’Esprit de la promesse nous montrera une plénitude vivante au service du Seigneur. Nous pouvons entrer dans cette plénitude seulement par une sanctification, une purification et à une vraie consécration au service de D.ieu. C’est Lui-même qui nous amène à une vraie purification et à une vraie consécration à Son service. Ex 19 : « Le 3ème jour au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne. Le son du shofar retentit fortement et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d’épouvante. » Le seul qui pouvait monter sur montagne, c’était Moïse. Le peuple, lui, ne pouvait même pas s’approcher. Comme Moïse, nous devons rentrer vraiment dans le royaume de D.ieu, et pas seulement le voir de loin, comme le faisait le peuple. « Qui montera à la montagne de l’Eternel ? » : celui qui est intègre et pur, celui qui est humble et doux de coeur comme Yeshoua. Et nous devons répondre, comme dans Ex 24/7 :  « nous ferons tout ce que l’Eternel a dit, et nous obéirons ».

4 Rosh HaShanah nous remémore les paroles des prophètes. Le shofar est un appel à être attentif aux paroles des prophètes. Le prophète est comme une sentinelle. Sa responsabilité devant le Seigneur est de recevoir une parole pour le peuple, et de la dire ; alors que celui qui entend est responsable de l’écoute. Le son du shofar évoque cette parole prophétique dont parle le prophète Ezéchiel. Ez 33/2-7 : «Si le peuple du pays prend dans son sein un homme et l’établit comme sentinelle et si cet homme voir venir l’épée sur le pays, sonne de la trompette et avertit le peuple ; et si celui qui entend le son du shofar ne se laisse pas avertir, son sang retombera sur sa tête... si la sentinelle  voit venir l’épée et ne sonne pas du shofar, si le peuple n’est pas averti et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-là mourra dans son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle. » Lourde responsabilité du prophète, car il parle de la part de D.ieu ! De même, l’Eternel nous a établis comme sentinelles sur Beth Yeshoua pour sonner du shofar sur la Maison d’Israël, et aussi pour sonner du shofar pour les nations. Nous devons écouter la Parole qui sort de Sa bouche et avertir de Sa part. 

5 Rosh Hashanah rappelle la destruction du Temple et la guerre. Quand Titus détruisit le Temple, il détruisit en même temps le coeur du judaïsme biblique. Le peuple fut dispersé parmi les nations, mais sa prière est toujours restée : « l’année prochaine à Yerushalaïm. ».Es 27 : «  en ce jour-là, vous serez ramassés depuis le fleuve jusqu’au torrent d’Egypte, et vous serez ramassés un à un, enfants d’Israël. En ce jour-là, on sonnera de la grande trompette, et viendront ceux qui étaient exilés... » Et aujourd’hui, ils sont ardemment inspirés à retourner sur leur terre, et à rétablir le Temple. Ce sont les signes des temps messianiques.  Le son du shofar rappelle aux Juifs de prier le Tout-Puissant pour qu’Il  aide à rebâtir le Temple. Et je jour vient où l’Eternel replacera Son Temple sur ce Mont. Jérémie 4/19 « Mes entrailles, mes entrailles. Je souffre au-dedans de mon coeur. Je ne puis me taire car tu entends, mon âme, le son du shofar, ou le cri de guerre. » Le prophète souffre avec le peuple ; et nous aussi. Et nous voulons que tout ce qui a été annoncé s’accomplisse.

6 Rosh HaShanah rappelle l’acte d’Abraham prêt à sacrifier Isaac.  « Donne-moi ton fils » D.ieu demande la chose la plus sacrée pour lui, ce qui est le meilleur, une partie de lui. Et l’Eternel nous a donné le meilleur de Lui-même. Il ne nous a donné ni un ange, ni une créature, mais une partie de Lui, qui est le vrai don pour l’humanité. Nous aussi devons donner volontairement notre vie au Seigneur, comme un acte d’obéissance, comme un sacrifice vivant. Si aujourd’hui je suis mis à l’épreuve, je dois me demander où me conduit cette épreuve ? Abraham a porté le bois du sacrifice et a mis son fils dessus. Et c’est dans ce même lieu, sur cette même montagne, que Yeshoua a été mis sur le bois de la croix. Isaac est le type même de Yeshoua, et Abraham un type du Père. Et le son du shofar nous rappelle de nous donner nous aussi, volontairement, comme sacrifice vivant pour D.ieu Lui-même. C’est le prix de notre consécration. 

7 Rosh HaShanah est un appel à craindre le Seigneur. « La crainte de D.ieu est le commencement de la sagesse». Pourtant, souvent, aujourd’hui, nous nous disons : je fais ce que je veux car, de toute façon, D.ieu m’aime quand même. Ce qui nous manque, aujourd’hui, c’est la crainte de D.ieu. Et le son du shofar nous rappelle la grandeur de D.ieu, et notre humble position devant Lui. Il nous appelle à être humbles, et à nous abaisser. Aujourd’hui, D.ieu nous avertit de tous les malheurs qui vont arriver bientôt. Et le son du shofar retentit en ce moment même au milieu de nous. Pour connaître D.ieu, je dois avoir la crainte de D.ieu. Et, quand je n’arrive pas à faire ce qu’Il me demande, je pleure devant Lui, car j’ai la crainte de Lui. Je me courbe devant Lui, et je fais appel à Sa miséricorde. Mais nous nous détruisons, si nous n’avons pas la crainte de D.ieu.

8 Rosh HaShanah évoque aussi le Jour du Jugement. Car D.ieu est juste. En Son temps, fixé à l’avance, Il jugera les méchants et récompensera les justes. Le son du shofar, à Rosh HaShanah, nous rappelle qu’au grand Jour de l’Eternel, nous rendrons compte de la façon dont nous aurons mené notre vie, et de tous nos actes. Et tous passeront par le tribunal du Mashiah, les justes et les injustes. C’est pourquoi je dois avoir la crainte. Le judaïsme enseigne aussi que Satan fuit devant le son du shofar, car il annonce que le Messie va bientôt arriver . Les morts dans le Mashiah ressusciteront les premiers, et les vivants seront transformés en un clin d’oeil. Ils seront enlevés sur les nuées pour aller à Yerushalaïm où le Mashiah sera couronné comme Roi. C’est là qu’il y aura les Noces de l’Agneau car Lui, le Roi des rois, vient à Yerushalaïm, où Il régnera sur toute la terre. Les saints seront avec Lui. Il prendra la bête et le faux prophète et les jettera dans le lac de feu. Quant à Satan, Il le liera pendant 1000 ans. Puis, après les 1000 ans, Il le jettera dans le lac de feu, avec la bête et le faux prophète. Sophonie 1/14-16 : « le grand Jour de l’Eternel est proche et il arrive en toute hâte, un jour où retentiront le shofar et les cris de guerre contre les villes fortes et les tours élevées. »

9Rosh HaShanah évoque le rassemblement des Juifs en Israël. Une fois de retour chez eux, D.ieu circoncira leurs coeurs pour les préparer à recevoir le Mashiah qui établira le royaume de David, et le Royaume de D.ieu sur la terre. D.ieu fera alors avec eux une nouvelle alliance, comme il a été annoncé dans Es 31/31. Le son du shofar nous rappelle cet ultime rassemblement, et que Yerushalaïm est la destinée finale du peuple Juif. Es 27/12 et 13 : « En ce jour-là, on sonnera du shofar, et reviendront ceux qui étaient exilés... et ils adoreront l’Eternel sur Sa montagne sainte, à Yerushalaïm ». 

10 Rosh HaShanah évoque la résurrection des morts.  La vie éternelle n’était pas le centre d’intérêt à l’époque du 1er Temple. Elle le devint davantage ensuite, tandis que le peuple souffrait entre les mains des païens, il formula la croyance selon laquelle le Tout-Puissant élèverait les justes à la vie éternelle. Les rabbins des anciens temps ont interprété les versets suivants d’Esaïe comme une prophétie de la résurrection : Es 18/3 : « vous tous, habitants de la terre, voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, écoutez la trompette qui sonne. » Une bannière se dresse sur « les montagnes », c’est à dire les montagnes entourant Yerushalaïm : le Mont Morija (sacrifice d’Isaac), le Mont Sion (tombeau de David, et aussi la chambre haute où ils ont reçu l’effusion de l’Esprit), Golgotha et le Mont des Oliviers (où le Mashiah viendra pour régner à Yerushalaïm).  Et cette bannière, c’est la bannière d’Israël, avec les deux bandes bleues rappelant le Seigneur qui ouvre la Mer Rouge en deux, pour que le peuple passe, de même qu’aujourd’hui le peuple passe pour aller dans sa terre. Et ce qui le protège, c’est le Bouclier, le Maguen de David, qui protégera tous les Juifs, un par un, pour retourner dans leur terre. Quand le peuple juif se rassemble à la synagogue pour le service de Rosh HaShanah, ils récitent le Psaume 47, 7 fois, avant de sonner du shofar en mémoire du temps où Josué et les Israélites ont fait le tour de Jéricho.
« Poussez vers D.ieu des cris de joie, car l’Eternel, le Très-Haut est redoutable

Il est un grand Roi sur toute la terre.

Il nous a choisis, notre héritage, la gloire de Jacob qu’Il aime.

D.ieu monte au milieu des cris de triomphe

L’Eternel s’avance au son du shofar.

Chantez à D.ieu, chantez. Chantez à notre Roi, chantez.

Car D.ieu est Roi de toute la terre...

Il est souverainement élevé. »

 

yom-kippour.jpg



17/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi